fbpx

J’ai une grande affection pour ce pays du lâcher-prise. En Inde, on peut s’attendre à tout, mais vraiment tout! Pas de normes, pas de règles… le pays du tout est possible (ben plus qu’à Hollywood!).

Depuis des années, je rêvais de visiter ce chaos. Lors de ma première visite, j’ai choisi de visiter le Nord, plus authentique, plus « ruff ». Et j’ai aussi choisi de le faire sans rien rien rien réserver. Mais quelle mauvaise idée!!

D’abord, il est super difficile de réserver un billet de train en Inde à la dernière minute. Les Indiens sont nombreux, et ils voyagent beaucoup. Donc à moins de payer un prix de fou à une agence qui tentera de vous arnaquer un peu, c’est un peu la maison des fous d’Astérix que d’arriver à savoir comment réserver ce fameux billet, dans une classe qui permettra un minimum de confort. Ensuite, les hôtels étaient tous plein! En fait, je dirais, les endroits propres à prix raisonnable. Oups… que de belles surprises j’ai eu dans les rares chambres d’hôtel dénichées!

Enfin, avec mon « Germain », nous réussissons à prendre les trains désirés, non sans peine (des heures de file d’attente…!) et non sans endurcir nos foufounes qui se retrouvent assises pendant des 10 voire 12 heures sur des bancs de bois bien raides.

En arrivant à Agra, ville du Taj Mahal, les fesses bien compotée, nous cherchons donc un endroit où loger. Comme d’habitude, le train a eu du retard. Nous arrivons donc en plein milieu de la nuit. Nous rencontrons un « sympathique » chauffeur d’autorickshaw, le seul sur place en fait, et choisissons de céder à ses avances pour qu’il nous amène dans un super hôtel. Je précise que nous sommes crevés, totalement, de ces heures de train, et que le Nord de l’Inde bat des records de froid jamais connu (nous n’avons pas les vêtements en conséquence, tout comme les Indiens d’ailleurs!). Donc, totalement crevés et totalement gelés, nous négocions grandement cette chambre, qui est visiblement trop chère pour ce qu’elle offre. Après un bon 30 minutes de négo, on intégre enfin cette chambre… que le sommeil et le confort d’un lit sera bon! En allant aux toilettes, nous réalisons que la salle de bain est envahie par des insectes. On demande alors de changer, ce qui est très compliqué. Cette 2e chambre est plus chère, on tente donc d’obtenir un chauffage d’appoint gratuitement au moins. Après un autre 20 minutes de négo on intègre une autre chambre, chauffage en main!

Le bonheur… un lit et du chauffage! Oups, sauf que l’appareil pour chauffer ne fonctionne pas. Mon Germain retourne donc à la réception, histoire de négocier un nouvel appareil de chauffage. Ce qu’il réussi après un certain temps.

Nous nous couchons enfin, et dormons en quelques secondes, tellement épuisés… Et soudainement, soudainement, après quelques bonnes minutes de sommeil profond, un bruit de choc électrique nous réveille! Ohhhhh je sursaute, je regarde autour, et je vois ce fameux chauffage portatif totalement en feu!!! OMG! Et s’il fallait que ça se propage! En pleine panique, nous cherchons une solution. Comment l’éteindre?? Et heureusement, le feu s’est tranquillement réduit, en laissant l’appareil bousillé mais en ne faisant aucune autre marque… nous ne sommes par aller demander un autre chauffage portatif cette fois. On a plutôt pratiqueé le lâcher-prise, en se disant qu’il valait mieux se réchauffer mutuellement.

Quoi qu’il en soit, on a quand même eu une superbe vue le lendemain matin en déjeunant. Et tout au long de la journée en visitant le Taj Mahal. Et le soir, un repas de légumes korma dont je me souviendrai toute ma vie. Des souvenirs magiques.

Alors en Inde, vive le lâcher-prise! On a le contrôle sur rien, seulement sur nous-mêmes!

Et attendez que je vous raconte notre départ de Agra vers Varanasi… dans un autre épisode à venir!

Faits saillants sur le Taj Mahal :

  • Taj Mahal signifie palais de la couronne
  • Il est situé le bord de la rivière Yamuna, à Agra. D’ailleurs, le voir de l’arrière est un peu moins reluisant…
  • C’est en fait un mausolée, construite pour la défunte épouse de l’empereur moghol Shah Jahan, qui a pris environ 17 ans à construire (1931-1948).
  • 20 000 personnes auraient travaillé sur sa construction, et aujourd’hui, chaque année, 200 000 personnes le visitent!
Top